Un sauvetage inoubliable

Il y a toujours un peu de stress lorsque nous avons des loulous en route vers la France. La très grande majorité de ces voyages se passe sans encombre. Parfois, il y a un petit grain de sable qui nous oblige à improviser, mais sans grande difficulté. Et puis il y a le transport du 21 avril, où nous avons été plus près du Sahara que du petit grain de sable. Retour, étape par étape, sur ce sauvetage aussi rocambolesque que surréaliste, que nous n’oublierons jamais.

Elles n’étaient pourtant que 3 à voyager ce jour là, Ayla, Danka et Surat, dans 3 camions différents. Vendredi 21 à 15h15, je préviens le transporteur que la famille d’Ayla est arrivée au point de rendez-vous. C’est à ce moment là qu’il s’aperçoit qu’Ayla a été mise par erreur dans le camion qui fait route vers l’est et l’Allemagne. Nous convenons donc qu’Ayla sera mise à l’avant du véhicule entre les 2 chauffeurs, et que le véhicule redescendra de sa tournée par l’ouest, pour déposer Ayla à Bordeaux le dimanche après midi.

20170425_212228

Vendredi à 19 heures, le chauffeur du camion qui amène Danka m’informe qu’il y aura au moins 2 heures de retard, l’autoroute étant coupée vers Montélimar, en raison d’un accident impliquant 7 véhicules, et que l’arrivée en Alsace sera aux alentours de 3 heures du matin.

WhatsApp Image 2017-04-22 at 21.05.11

Vendredi à 23 heures, le camion transportant Surat arrive à Mont de Marsan. Perturbé par le problème d’Ayla, je n’ai pas vu le message du chauffeur m’informant qu’il a une heure d’avance. Par chance, les adoptants n’habitent pas loin, et à 23h30 Surat, très grande traumatisée, est dans sa maison.

IMG_1292

Samedi matin à 2h30, la FA de Danka m’appelle pour me dire qu’elle a eu un problème de véhicule, et qu’elle aura au moins une heure de retard au point de rendez vous. J’informe les chauffeurs qui acceptent de se dérouter (étant responsables de l’erreur avec Ayla, ils pouvaient difficilement refuser), et Danka rejoint finalement Alexandra et Nicolas à 3h40. Avec son passeport, mais sans ses médicaments, restés à bord du camion. Heureusement, Nicolas a réussi à trouver un vétérinaire ouvert le samedi après midi.

Danka2

Samedi à midi, je reçois un appel de Corinne, qui a effectué la pré visite pour Surat. Elle vient d’être informée par les adoptants que notre petite rescapée à réussi à casser le crochet de son harnais en début de matinée, et qu’elle se promène autour de la maison, sans se laisser approcher. Un terrain heureusement très bien clos, mais de 9000 m². Corinne se rend sur place avec Bianco, un de ses Galgos. Une longue et angoissante attente commence. On se dit à ce moment là qu’il ne peut plus rien arriver d’autre, mais le pire reste à venir.

Samedi à 16h30, je reçois un message du chauffeur qui transporte notre petite Ayla. Il a été contrôlé par la police allemande. Le véhicule et les loulous étaient tous en règle. Sauf Ayla, qui n’avait pas d’autorisation pour entrer en Allemagne, puisqu’elle ne devait pas y aller. Inflexibles, les policiers ont fait appel à un vétérinaire, qui a saisi notre louloute, en disant que j’étais le seul à pouvoir aller la rechercher. Je suis prêt à partir immédiatement, mais s’agissant d’un vétérinaire des services vétérinaires allemands, donc un fonctionnaire, son téléphone ne répondra pas avant le lundi matin.

Ayla1

Dimanche à 10 heures, enfin une bonne nouvelle. Linda a passé la nuit dehors pour s’assurer que Surat ne trouvait pas un moyen de sortir de la propriété. Et notre petite fugueuse est finalement rentrée d’elle même dans la maison, après près de 24 heures dehors.

IMG_1782

Dimanche à 18 heures, je prends le train en direction de Strasbourg, pour me rapprocher de l’Allemagne. La Sncf, égale à elle même, nous informe que suite à un incident indépendant, comme toujours, de sa volonté, nous partirons avec une demi heure de retard. La nuit à Strasbourg est courte, entre la peur de trouver Ayla traumatisée au fond d’une fourrière, et le stress de débarquer là bas en ne parlant pas un mot d’Allemand.

Dès la première heure lundi matin, Henri (qui maîtrise la langue), a prévenu de mon arrivée. Me voilà donc vers 10h30 dans la charmante bourgade d’Alzey, persuadé qu’il me suffira d’une petite heure pour signer un document et récupérer Ayla, avant de rentrer. Mais les choses vont se compliquer, l’Allemagne étant encore plus pointilleuse que la France (oui, c’est possible!) en matière de paperasserie administrative. Il faut d’abord trouver un employé parlant Français dans le service. Il me rassure rapidement, Ayla a passé le week end dans une petite pension, à 30 kilomètres de là.

Mais les Allemands avaient compris que notre louloute repartait en Espagne. Ils sont donc très surpris de voir débarquer un inconnu venant de Besançon, le passeport d’Ayla étant évidemment toujours au nom du refuge espagnol. Nous passerons d’abord plusieurs coups de téléphone pour confirmer que je suis bien président de l’association. Il faut ensuite plusieurs documents du refuge, notamment la copie du certificat de cession. Par chance, une bénévole est sur place, et s’engage à nous les envoyer au plus vite.

Les Allemands appellent ensuite le responsable des services vétérinaires à Besançon. Ils ont besoin de savoir quel document ils doivent établir pour que je puisse repartir en France sans encombre avec Ayla. Entre surprise et fou rire contenu, ce monsieur leur explique que le chien passant à mon nom, ce voyage est considéré comme effectué à titre privé, et qu’il n’y a donc pas besoin de document. Ce qui laisse les fonctionnaires d’Outre Rhin perplexes.

Le premier document espagnol arrive enfin. Moment surréaliste, je suis le seul à parler un peu Espagnol. Je dois donc traduire le papier au fonctionnaire parlant Français, qui le traduit à son tour à son chef parlant Allemand! Les mails commencent d’arriver, et je crois enfin voir le bout du tunnel. Les Espagnols m’informent que le dernier mail vient d’être envoyé. J’en fais part à mon hôte allemand, qui me répond qu’il est midi, l’heure de la pause, et qui m’invite à revenir à 13 heures. Heureusement, Alzey a de jolis squares très bien équipés.

20170424_121859

Une heure plus tard, je suis de retour dans les locaux, où on m’attend avec le café et des petits gâteaux (des vrais biscuits allemands, réservés aux personnes ayant une solide dentition). 15 minutes après, tout est enfin en ordre. Je fais un rapide calcul, je suis encore dans les temps pour prendre le premier des 2 trains pouvant me ramener le soir même à Besançon. Je demande alors si nous pouvons aller chercher Ayla. « Naturellement, mais pas tout de suite », me répond mon nouvel ami. Il faut attendre son collègue qui gère les sorties de la pension (j’ignore comment ils font lorsqu’il est en vacances…), mais il est parti sur une autre affaire, et ne sera pas de retour avant 14 heures.

Le collègue, qui lui parle Anglais, arrive enfin à 14h15. Il faut encore au moins 5 minutes pour débarrasser le capharnaüm qu’il y a dans sa voiture de fonction (il y a même une caisse de bouteilles de bière vides à l’arrière!) pour qu’enfin je puisse m’asseoir à l’avant et qu’il y ait une place pour Ayla dans le coffre. Et nous voilà partis pour 30 kilomètres. Au bout de quelques minutes, à 100 km/h sur une petite route de campagne, mon chauffeur me demande s’il peut fumer. Et le voilà qui cale le volant avec ses avant bras, et qui se roule une cigarette en zigzaguant dangereusement. 20 minutes d’angoisse plus tard, nous voici enfin à la pension. Et je peux enfin récupérer Ayla, que je trouve beaucoup plus détendue que je l’imaginais (désolé pour la qualité de la photo, je tremblais encore de ce petit moment de rallye).

20170424_153107

Mon chauffeur propose de nous emmener à la gare. Il a même préparé un petit sac de friandises pour Ayla. C’est trop tard pour prendre le premier train, mais il en reste un qui nous amènera à Besançon le soir même. Ayla marche bien en laisse, est à peine effrayée par les bruits environnants, et monte facilement à bord. Changement à Mannheim, direction Offenbourg. 8 minutes à Offenbourg pour prendre la correspondance vers Strasbourg, on me dit que c’est suffisant, sauf que le train s’immobilise en pleine voie, et que nous prendrons 15 minutes de retard. A Offenbourg, on nous informe qu’il y a un autre train pour Strasbourg quelques minutes plus tard, que nous aurons peu de temps pour changer à l’arrivée, mais que le Tgv nous attendra.

Nous arrivons à Strasbourg à 18h34, sur la voie 25. Je me dis que tout a dû être mis en place pour que le Tgv soit sur le même quai. Mais je le vois là bas, sur la voie 7. Départ initialement prévu……. 2 minutes plus tard. Je pars en courant avec Ayla, qui semble beaucoup apprécier ce nouveau jeu. Nous dévalons les escaliers, et avalons le souterrain. Je bats au passage le record du monde du 400 mètres, catégorie gros fumeur avec chien. Nous remontons les escaliers de la voie 7, le train est là devant nous, et nous pouvons enfin admirer……. les portes qui se referment! La chef de quai me dit qu’elle n’a pas été informée, qu’elle ne peut pas interrompre la procédure de départ, mais que la Sncf se fera une joie de nous loger, avec les autres voyageurs en rupture de correspondance comme nous, à l’hôtel Nid de Cigognes, près de la gare. On nous donne un nouveau billet pour le lendemain matin, une boîte repas qui nourrirait à peine un enfant de 10 ans au régime (heureusement que j’avais tout prévu pour Ayla), et nous voilà à l’hôtel. Où ma petite protégée prend immédiatement ses aises.

20170424_193958

La nuit se passe bien, Ayla a choisi une bonne place, je me contenterai de ce qu’elle me laisse.

20170425_021743

Et mardi matin miracle, le train partira et arrivera à l’heure! Pas trop de monde à bord, Ayla profite d’abord du paysage

20170425_091658

avant de s’installer confortablement.

20170425_094713

A Besançon, Ayla s’est montrée tout aussi adorable, elle a beaucoup joué avec mes nièces qui étaient en vacances. Mais la halte a été de courte durée, Anne-Sophie étant (on s’en doute) très impatiente de découvrir sa jolie louloute, à Bordeaux. Nous avons donc pris la route mercredi matin à 6h15, avec Claude au volant. Nous avons profité de ce long voyage pour effectuer un second covoiturage, notre petite Catalina devant changer d’éducateur. Nous sommes donc d’abord passés par Dijon pour récupérer la puce. Et constater les gros progrès qu’elle a faits depuis son arrivée chez Etienne.

20170426_105549

Catalina est beaucoup moins hyper active et beaucoup plus à l’écoute. C’est une louloute très douce et très calme  dès qu’elle est en compagnie d’un humain. Il reste à travailler encore ce problème d’hyper attachement, Catalina ne supportant pas d’être seule une minute. Je tiens à dire un grand merci à Etienne pour le beau travail effectué et pour son beau geste commercial, et à Jocelyne qui continue de prendre en charge tous les frais pour Catalina.

Nous nous sommes arrêtés quelques minutes à Lyon, pour retrouver Jean comme deuxième chauffeur, et sa voiture beaucoup plus confortable que le Scenic. Tout avait été aménagé pour le confort de nos 2 louloutes, un tapis bien moelleux à l’avant pour Catalina, un panier à l’arrière pour Ayla.

20170426_125841

Nous avons fait 10 minutes de pause du côté de Carcassonne, le temps de changer de conducteur et que tout l’équipage se dégourdisse un peu les pattes. Et c’est à 19 heures que nous sommes arrivés vers Orthez, pour déposer Catalina chez Roland. Celui ci, qui a déjà fait un superbe travail avec Green, va tenter de parfaire encore les progrès effectués chez Etienne. Ce fut une très belle mais trop courte rencontre.

20170426_105546

Il nous fallait encore rejoindre Bordeaux d’abord par des petites routes de campagne pour le plus grand plaisir de Claude, amateur de silos à maïs. Puis par l’autoroute, et c’est à 22h30 que nous avons atteint la capitale girondine. La rencontre entre Ayla et Anne-Sophie s’est très bien passée. Notre petite protégée a fait le tour de son nouveau logement, puis a rapidement trouvé un canapé qui lui convenait.

20170426_235800

Quant à nous, nous avons été très bien reçus également, avec une table bien garnie. C’est avec le ventre plein que nous sommes repartis. Et, pour moi, un gros pincement au cœur tant Ayla est attachante. Mais avec la certitude qu’elle sera heureuse dans sa famille, Anne-Sophie ayant pris une journée de congés jeudi pour aider à l’intégration d’Ayla. A 1 heure du matin, nous avions regagné nos chambres d’hôtel.

20170427_002907

Nous avons repris la route à 9h15, direction Lyon. En nous autorisant cependant un petit détour touristique du côté de Sarlat, Jean remplissant toujours à merveille son rôle de guide gastronomique 5 étoiles. S’il n’est pas spécialiste en églises ou autres châteaux, il est en revanche incollable sur les restaurants. Après avoir affronté des bourrasques de neige du côté de Clermont Ferrand notamment, nous avons regagné le Rhône en fin d’après midi. Michèle avait préparé un en-cas copieux, et c’est à bord du Scenic, avec Claude et sous une pluie battante, que nous avons enfin rejoint Besançon, à 0h30. Après un périple de 2236 kilomètres en 42 heures, mettant un terme à ce sauvetage qui restera épique.

20170427_163538

Encore un grand merci à Etienne et Roland, à Anne-Sophie pour son accueil, et surtout à Claude et Jean pour tous ces kilomètres avalés dans la bonne humeur. Et une pensée toute particulière pour Ayla, qui est vraiment une louloute extraordinaire, pour sa douceur et son affection.

Tout se passe bien pour Ayla depuis son arrivée mercredi soir. Pas de dégât aujourd’hui après une première journée seule, elle a bon appétit, apprécie les longues balades, et les parents d’Anne-Sophie en sont déjà tombés amoureux.

IMG-20170427-WA0008

Danka s’est parfaitement intégrée dans sa famille d’accueil, et fait de grandes parties de jeu avec Equinox, l’autre loulou d’Alexandra et Nicolas. Seul problème, un abcès à une patte suite à une petite blessure pendant le transport, ce qui lui vaudra le port d’une collerette pendant quelques jours.

Danka3

De son côté, Surat fait des petits progrès tous les jours. Linda passe énormément de temps avec elle. Cette superbe louloute, pourtant toute jeune, est vraiment très traumatisée, mais elle évolue à son rythme. Elle commence à accepter quelques caresses.

IMG_8253

Et je suis persuadé qu’avec le temps et la patience dont savent faire preuve Linda et son époux, Surat (rebaptisée Vegas) saura un jour redonner sa confiance aux êtres humains. Merci à tous.

IMG_1978 (1)

IMG_1978 (2)

IMG_1978 (3)

30 avril: Vegas est fière de vous présenter ses copines de jeux. Une bien jolie famille.

Sur1

Sur2

Sur3

Et pour Ayla, c’était journée pluvieuse, journée moelleuse.

IMG_20170430_142541

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

23 Responses to “Un sauvetage inoubliable”

  1. bonsoir tout le monde, »
    bonsoir Jen-Philippe…

    et pour cette AVENTURE qui est du VERITABLE VECU !!!

    Moi « J ACHETE »…
    pour avoir ainsi partagé cette FOLLE AVENTURE bien hors du commun mais TOTALEMENT « CLICHE » d’1 si belle réalité (la preuve par 9?!)

    on a beau faire que suivre chaque étape de l’EPOPEE = quelle HISTOIRE … SUPER FELICITATIONS à NOTRE SUPER PRESIDENT qui
    vaudra ben encore un SUPER QUINQUENA (t) !
    Amoureux des poilus à 4 pattes, et tjrs prêt pour VAGABONDER à leur secours= PRET POUR Nw york’s TIP = IL PEUT LE FAIRE
    cordiales amitiés du berry /chantal et ses 3 truffes

  2. Bernadette dit :

    Quel périple ! Merci beaucoup pour ces loulous qui vont enfin connaître le bonheur tant mérité.

  3. marie-françoise dit :

    Merci de ses bonnes nouvelles et du récit de ce sauvetage mouvementé. Beaucoup de bonheur aux Loulous dans leurs familles

  4. Ritter dit :

    Ah! notre journaliste et chroniqueur préféré!!!!!!!!!!

    Bravo à toi et à toute l’équipe qui t’a entouré , épaulé …

    Bravo à ces chiens épatants qui ont vécu de l’aventure inattendue , surtout Ayla ,et qui vont la raconter , en langage chien , à leurs nouveaux amis ……

    Il y a fort à parier que l’histoire se raconte aussi , en allemand ou en espagnol …..on va se souvenir du monsieur français sortant complètement de l’ordinaire , et qui aura troublé durant quelques heures ,l’accoutumé de quelques vies …..
    Ainsi s’écrit l’Histoire.

    Tout baigne aujourd’hui ….Et je suis vraiment heureuse de faire partie de cet ouragan si porteur et merveilleux.
    AMITIE PROFONDE …..

  5. Agnès dit :

    Un très joli récit haletant ! Bravo JP pour vos dons de conteur ! 👍 😃 Bienvenue en France a ces 3 magnifiques loulous et belle vie à eux en famille !

  6. Chantal28 dit :

    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué! LOL

  7. Gisele dit :

    J’imagine d’ici les scènes décrites par Jean-Philippe !
    Entre les traductions Français-Espagnol et Allemand , le café et les biscuits durs comme du bois !la caisse de bouteilles vides dans le coffre du fonctionnaire !la conduite plus que dangereuse du chauffeur et JP qui ne devait pas en mener large !la course dans la gare et le super panier repas !!
    Je pense que De Funès n’aurait pas dédaigné le rôle s’il s’était s’agit du tournage d’un film !
    Mais tout est bien qui finit bien , les intervenants étaient au top !
    Merci JP pour ce bon moment de rigolade ! belle vie aux loulous-acteurs dans leurs familles respectives !

Leave a Reply

Powered by WordPress | Designed by: buy backlinks | Thanks to webdesign berlin, House Plans and voucher codes